Presse 4

Connaissance des arts

Françoise Chauvin, “La TEFAF toujours au top”, Connaissance des arts, March 2012, pp. 108-109 : “Célébré comme le temple de l’art ancien, la TEfaf de Maastricht accueille de nouveaux exposants français et confirme son intérêt poru le design. Qu’est-ce que la Tefaf La plus grande foire d’art ancien au monde? Un test pour le marché mondial? L’endroit où il faut être lorsque l’on est un marchand reconnu? Tout cela bien sûr, (…) Arrivée, encore, du duo Aveline & Quénetian, ce dernier ayant fait son entrée dans le secteur Showcase l’an dernier (…) Bras de lumière attribué à Charles Boulle (d’une paire), Paris, 1720-1730, bronze ciselé et doré H.43 cm, Aveline & Quénetain, Paris.”

Cultuur Nieuws

“Nieuwe gezichten op TEFAF Maastricht 2012”, Cultuur Nieuws, 9th November 2011 :

“Zes galerieën zijn geselecteerd voor TEFAF Showcase. Deze speciale sectie van TEFAF Maastricht biedt jonge
kunsthandelaren eenmalig de mogelijkheid deel te nemen aan deze vooraanstaande kunst- en antiekbeurs. De
geselecteerde kandidaten die deel zullen nemen aan de Zilveren Jubileumeditie van TEFAF zijn specialisten in
uiteenlopende disciplines, waaronder moderne sieraden, hedendaagse kunst, oude meesters en Japanse kunst. Drie
van hen komen uit het Verenigd Koninkrijk, één uit Italië en één uit Frankrijk. De zesde galerie is de eerste
Hongaarse TEFAF deelnemer ooit is. Alle zes zullen zij op TEFAF van 16-25 maart 2012 in het MECC in Maastricht
een deel van hun collectie laten zien. 

TEFAF Showcase geeft jonge galerieën de kans om eenmalig mee te doen aan TEFAF Maastricht en ervaring op te doen
met deelname aan een internationaal kunstevenement. Als toonaangevende internationale kunstbeurs heeft TEFAF een
lange wachtlijst voor potentiële exposanten. TEFAF Showcase stelt enkele van deze aspirant-exposanten in staat om
deel te nemen. Bovendien kunnen bezoekers van de beurs op deze manier kennismaken met enkele van de meest
interessante opkomende galerieën uit de hele wereld.
“Door de jaren heen zien we het niveau van de aanvragers stijgen. Het besef is doorgedrongen dat een bepaalde
standaard moet worden gehaald om in aanmerking te komen,” zegt Ben Janssens, voorzitter van TEFAF en lid van de
Showcase selectiecommissie, die bestaat uit TEFAF-leden en onafhankelijke kunstspecialisten. “Showcase is inmiddels
een gevestigd onderdeel van de beurs en veel bezoekers lopen direct door naar die sectie, omdat ze weten dat daar
nieuwe handelaren te vinden zijn.”

Om in aanmerking te komen voor TEFAF Showcase moet worden voldaan aan een aantal voorwaarden, waaronder een hoog
niveau en internationaal aanzien hebben.
De volgende Showcase-kandidaten werden geselecteerd voor de Zilveren Jubileumeditie van TEFAF Maastricht in 2012:
Didier Antiques
Fergus Hall  – Master Paintings
Kálmán Makláry Fine Arts
Giuseppe Piva Japanese Art
Christophe de Quénetain
Vigo Gallery”

Kunst und Auktionen

A. E., “Viel Prestige und ein kleines Signal der Öffnung auf der 25. Biennale des Antiquaires im Grand Palais”, Kunst und Auktionen, 27th August 2010.

La Gazette Drouot

Marie C. Aubert, “Tefaf (ter)”, La Gazette Drouot, 9th March 2012, n° 10, p. 242  :

“Ancien élève de l’école Boulle, Christophe de Quénetain s’est spécialisé dans le mobilier et les objets d’art des XVII, XVIII et XIXe siècles. Son expertise est connue sur le plan international et les plus grands conservateurs ond déjà fait appel à ses services (musée du Louvre, château de Versailles, Frick Collection à New York, Paul Getty Museum à Los Angeles, Galerie national d’art à Ottawa…). Après avoir participé en 2010 à la Biennale des antiquaires, il présente notamment pour la Tefaf une table à écrire de Pierre Roussel, en laque rouge vermillon et or de Chine d’époque Louis XV.”

Le Quotidien de l’Art, The Art Daily News

Roxana Azimi, “Tefaf version jeune”, Le Quotidien de l’Art, The Art Daily News, n° 31, 21th November 2011, p. 2.

Le Journal des Arts

Armelle Malvoisin, “TEFAF : l’année du jubilé d’argent”, Le Journal des Arts, n° 364, 2nd-15th March 2012, p. 18 : “(…) et enfin, Christophe de Quénetain (Paris) pour le mobilier ancien. Compte tenu de sa spécialité et du stand de 9m2 imposé à « Showcase », ce dernier s’est limité à présenter quatre petits meubles ; tandis qu’une rare broderie française du XVIIe siècle aux armes ecclésiastiques de Monseigneur Hyacinthe de Seisse, dans un bel état de fraîcheur, et qu’un cadre en bois sculpté, doré et peint, aux armes du Grand Dauphin orneront brillamment ses cimaises.

Art+Auction

Judd Tully, “From Bronzes to Bacon: J. Tomilson Hill’s Defiantly Eclectic Eyé”, Art+Auction, January 2014.

Link: http://www.blouinartinfo.com/news/story/1000461/from-bronzes-to-bacon-j-tomilson…

Apollo

Susan Moore, “The Full 15 Rounds”, Apollo, January 2014, vol. CLXXIX, n° 616, pp. 28-34.

Vogue British

Sarah Karmali, “Inside Chanel’s New London Flagship”, Vogue British, 10th June 2013.

Link: http://www.vogue.co.uk/news/2013/06/10/chanel-london-flagship—new-bond-street-…

GMT

Brice Lechevalier, “Chanel,Constellation de diamants à la Biennale des Antiquaires”, Great Magazine of Timepiece, 5th November 2011.

Globedia

“Las nuevas caras de TEFAF Maastricht 2012”, Globedia, 10th November 2011.

Link: http://es.globedia.com/caras-tefaf-maastricht-2012

Weltkunst, Die Zeitschrift für Kunst und Antiquitäten

Annabelle Hirsch, “Die Highlights der Kunstmesse Tefaf: Eine Geschichte der Welt in 12 Objekten”, WeltkunstDie Zeitschrift für Kunst und Antiquitäten, March 2012.

Meuse-Rhine Journal

« New Faces at TEFAF 2012 », Meuse-Rhine Journal, 9th November 2011:

“Six galleries have been selected to take part in TEFAF Showcase, which gives younger dealers a one-off opportunity to exhibit at TEFAF Maastricht, the world finest art and antiques fair. The selected candidates, who will be taking part in TEFAF’s Silver Jubilee edition, are specialists from a range of disciplines including modern jewelry, contemporary art, Old Master paintings and Japanese art. Three are from the United Kingdom, one from Italy, one from France and the sixth will become the first-ever TEFAF exhibitor from Hungary [please check]. They will exhibit in a special section when the 2012 edition of The European Fine Art Fair opens at the MECC (Maastricht Exhibition and Congress Centre) in the southern Netherlands from 16-25 March 2012.

TEFAF Showcase gives recently established galleries the opportunity to participate in TEFAF Maastricht for one year and to gain experience of being part of an international fine art event. The pre-eminence of TEFAF among international art fairs has led to a long waiting list for potential exhibitors and TEFAF Showcase enables some of those keen to take part to do so. It also introduces visitors to the Fair to some of the most interesting emerging galleries from around the world.

“As the years progress, we find that the level of applicants is getting higher as people have realized that they need to be of a certain standard to be considered,” says Ben Janssens, Chairman of the Executive Committee of TEFAF, and a member of the selection panel, which consists of TEFAF members and independent art specialists. “Showcase is now an established feature of the Fair and many visitors head straight for that section because they know that there are new dealers there.”

The conditions for applicants for TEFAF Showcase are:

– The gallery or dealer should be operating at a high level in their field.

– The gallery or dealer should have international standing.

– The gallery or dealer must have been in business for at least three but no more than ten years.

– All works of art to be exhibited will be pre-vetted.

The selected Showcase candidates for the Silver Jubilee edition of TEFAF Maastricht in 2012 are:

■ Didier Antiques, 66B Kensington Church Street, London W8 4BY. Didier Haspeslagh and Martine Newby Haspeslagh launched the gallery in 2006. It specializes in artist’s jewels by post-war painters and sculptors and silver and gold wares by leading 20th century designers and architects. Tel: +44 207 221 1573. E-mail: info@didierantiques.com . Website: www.didierantiques.com .

■ Fergus Hall – Master Paintings, 42 Albemarle Street, London W1S 4JH. Fergus Hall set up his independent dealership in 2008 and specializes in Old Masters, primarily 17th century Dutch and Flemish paintings and British pictures from the 18th century. Tel: +44 207 493 4220.E-mail:Fergus@hallmasterpaintings.com. Website: www.hallmasterpaintings.com .

■ Kálmán Makláry Fine Arts, Falk Miksa u. 10, 1055 Budapest. This modern and contemporary art gallery focuses on the works of Hungarian artists who have lived in France such as Judit Reigl, Alfréd Réth and István Sándorfi. Tel: + 36 1 374 0774. E-mail: gallery@kalmanmaklaryfinearts.com . Website: www.kalmanmaklary.com

■ Giuseppe Piva Japanese Art, Via San Damiano 2, 20122 Milan. Giuseppe Piva deals in a range of Japanese works of art, including armor, helmets, swords, screens, netsuke and lacquers. Tel: + 39 023 656 4455. E-mail: info@giuseppepiva.com . Website: www.giuseppepiva.com .

■ Christophe de Quénetain, 36 Rue de Lübeck, 75116 Paris. Established in 2001, Christophe de Quénetain specializes in 17th, 18th and 19th century furniture and objects d’art. The gallery’s expertise also covers Old Master paintings and drawings from the same period. Tel: + 33 61 902 3280. E-mail: christophedequenetain@yahoo.fr Website: www.christophedequenetain.com

■ Vigo Gallery, 22 Old Bond Street, London W1S 4PY. This new contemporary gallery was set up by Thomas Williams and Toby Clarke in September 2011. Williams has been championing contemporary figurative artists since 1999 while Clarke was previously Director of Contemporary Art at The Fine Art Society in London. Tel: + 44 207 491 1485. E-mail: tc@vigogallery.com . Website: www.vigogallery.com

Wierner Zeitung

Erhard Annegret, “Prestige und ein Signal aus Paris”, Wierner Zeitung, 11th September 2010.

Link: http://www.wienerzeitung.at/DesktopDefault.aspx?TabID=4103&amp%3BAlias=wzo&amp%3…

BuyBuy

Alexandre d’Arnoux, “Mabille joue les antiquaires”, BuyBuy, 15th September 2010 : “Pour son 25ème anniversaire, la Biennale des Antiquaires a choisi de donner sa chance à la jeune génération. Parmi elle, le galeriste Christophe de Quénetain a eu l’idée judicieuse de faire appel au couturier Alexis Mabille.La XXVe Biennale des Antiquaires ouvre ses portes au Grand Palais du 15 au 22 septembre. Rendez-vous mondain par excellence, mais aussi manifestation prestigieuse ouverte au public, elle réunit 80 antiquaires internationaux qui comptent parmi les plus grands dans leur spécialité et 7 grands joailliers (Cartier, Chanel, Dior, Harry Winston, Louis Vuitton, Piaget, et Van Cleef). Son nouveau président, Hervé Aaron entend “révolutionner” la manifestation, l’ouvrir toujours plusà l’international mais aussi “mettre le pied à l’étrier” à la jeune génération d’antiquaires. Résultat : 25 objets vont être présentés par les exposants de demain réunis sous l’étiquette “Tremplin”. 
Parmi eux, un Français ne manquera pas de faire parler de lui, Christophe de Quénetain. Son idée ? Jeter un pont entre le XVIIIe siècle et l’époque contemporaine en demandant au couturier Alexis Mabille d’habiller une paire de fauteuils de l’époque néo-classique en bois sculpté et doré. Jouant audacieusement avec les codes classiques (la tapisserie) et son motif favori (le noeud), sa création ne devrait pas manquer de séduire les fashionistas. Une première à suivre.”Link: http://buybuy.com/art-culture/actualite-luxe/AC-N-biennale-antiquaires-mabille-1…

L’Estampille-L’Objet d’Art

J.E.D., “Les style Consulat et Empire”, L’Estampille-L’Objet d’Art, n° 413, May 2006, p. 93:
“Les styles Consulat et Empire
Dû à Christophe Huchet de Quénetain, ce nouveau fleuron complète la collection “Des styles”, aux éditions de l’amateur. Cet ouvrage, abondamment illustré, répond parfaitement aux objectifs de la collection: rendre accessible à tous les caractéristiques d’un style et de son époque, d’où le choix judicieux de l’auteur de relier la production artistique aux événements historiques et à l’évolution des goûts d’une société toujours en devenir.
Aux premiers chapitres évoquant les bouleversements dus à la Révolution et à la suppression des corporations, ainsi qu’à l’attrait particulier exercé par l’Antiquité égyptienne, succède un chapitre consacré aux différents acteurs du processus de création: ornemanistes, ébénistes, tapissiers, bronziers, marchands de meubles… La dernière section offre une intéressante description du mobilier, révélateur des goûts nouveaux de la société ; oubliant le souci de confort et d’intimité du siècle précédent, le mobilier Empire recherche le solennel et le parfait respect de l’étiquette, adoptant le plus souvent des formes strictement géométriques. Un ouvrage dense et passionnant, offrant une synthèse bienvenue des deux styles à l’existence fort courte, vite délaissés en France mais qui continuèrent à rayonner longtemps hors de nos frontières, des Etats-Unis aux cours d’Espagne et de Russie.
J.E.D.
Christophe Huchet de Quénetain, Les Styles Consulat et Empire. Editions de l’Amateur, 
192 p. 42 €”

Connaissance des Arts

Valérie de Maulmin, “Le jublié de la TEFAF”, Connaissance des Arts, March 2012, pp.108-110 :

“(…) Cette année, on note la première participation à la Tefaf de la galerie Tornabuoni, avec trente chefs-d’oeuvre de Fontana, et du jeune antiquaire Christophe de Quénetain.”

L’Oeil

Marie Potard, “”TEFAF, la foire à ne pas manquer”, L’Oeil, n° 666, March 2014:

” Parmi le nombre important d’exposants français (33), six nouveaux ont réussi à franchir le cap de la sélection drastique, dont la Galerie Aveline: “Le dynamisme que nous pouvons ressentir dans une telle foire est très positif. Juger de l’actualité du marché de l’art est fondamental pour une galerie”, confie Marella Rossi qui s’est associée pour l’occasion à Christophe de Quénetain. Ils présentent sur leur stand un guéridon brûle-parfum en placage de loupe de thuya réalisé par Jacob frères, d’époque Consulat.”

Le Journal des Arts

Marie Potard, “Tefaf, toujours plus haut”, Journal des Arts, 28th February-13th March 2012, n° 408, p. 25:

“La section “antiquités et objets d’art” constitue le deuxième pôle important de la foire de Tefaf et regroupe 110 marchands, dont douze Français et parmi eux, deux nouveaux. C’est le cas de la galerie Aveline, ravie de cette première paricipation : “certains clients n’ont plus le temps de prospecter dans les galeries. Pour toucher cette clientèle-là, il faut être sur les foires internationales. Or Tefaf est la plus grande dans notre secteur”, confie Marella Rossi, qui s’est associé pour l’occasion à Christophe de Quénetain. Ce dernier avait participé à Showcase en 2012: “la passerelle existe vraiment!”. Ils présentent un canapé “à la Reine” en bois doré d’époque rocaille, collection de Monsieur et Madame Louis Burat, dont le petit frère est conservé au Musée du Louvre.”

L’Estampille-L’Objet d’Art

Nathalie d’Alincourt, “La TEFAF 2014 dévoile ses trésors”, L’Estampille-L’Objet d’Art, March 2014, n° 499, pp. 86-87:

“Dans la section des antiques, un stand réunira Marella Rossi (galeire Aveline) et chrisotphe de Quénetain (sélectionné l’an dernier dans le département Show Case) (…) Canapé “à la reine” d’époque rocailles, Paris, vers 1730-1740, Bois sculpté et doré, 106+167+70 cm. Paris, galeries Aveline et Christophe de Quénetain. Photo service de presse. @Aveline & Quénetain Ce chef-d’oeuvre de la menuiserie parisienne en siège à l’époque de Louis XV déplie un étonnant décor rocaille, notamment dans l’exubérance des accoudoirs et les cartouches asymétriques de la ceintrue. Vraisemebablement conçu d’après le dessin d’un peintre ornemaniste dans l’esprit de Juste-Aurèle Meissonier (1695-1750), sa forme insolite suit très probablement les courbes d’une boiserie dont les contour répondraient aux lignes du dossier. Il provient de la collection Louis Burat et l’on connaît trois autres autres modèles presque identiques, l’un est au Louvre, les deux autres en mains privées.”

La Gazette Drouot International

Stéphanie Pioda, “TEFAF, the market’s excellence”, La Gazette Drouot International, March 2014, n° 34, pp 104-109.Link: http://www.gazette-international.com/magazine/34/104

Les Echos

Judith Benhamou-Huet, “Foire de Maastricht : une qualité muséale”, Les Echos, 14th March 2014:

“La Foire Tefaf, qui se déroule jusqu’au 23 mars dans la cité hollandaise, offre toujours un haut niveau de qualité, surtout dans les tableaux anciens.

Pour voir les grands tableaux de l’histoire de l’art, c’est ici qu’il faut venir. La Foire Tefaf de Maastricht, qui attire les collectionneurs majeurs et les conservateurs des grands musées du monde, se visite comme une institution.

C’est ici, par exemple, protégé dans la réserve du stand du New-Yorkais Adam Williams, qu’on peut admirer une des rares peintures du Greco (1541-1614) à vendre. Le maître espagnol, né en Crète, est d’abord passé par une formation italienne qui a influé sur son style. C’est à cette époque qu’il réalise le portrait d’homme présenté à Maastricht, inspiré par le style du Tintoret, qui est à vendre pour 1,7 million de dollars. Le personnage tout de noir vêtu montre un regard inquiet tandis que ses mains sont ornées de plusieurs bagues. Au verso, une inscription indique que le modèle a posé le 2 juin 1570.

Alors qu’on peut visiter en ce moment à Bruxelles une rétrospective du peintre espagnol Francisco de Zurbaran (« Les Echos » du 31 janvier), le marchand italien installé à Paris Maurizio Canesso présente à Maastricht une oeuvre comparable à l’une de celles qui figurent au musée des Beaux-Arts. Il s’agit d’une représentation de la vierge enfant, endormie, l’un des sujets popularisés par le maître au XVIIe siècle.

Sur un fond sombre, une petite créature angélique et potelée vêtue d’une robe rose s’est endormie en pleine lecture. Le tableau, particulièrement lumineux, provient d’une collection du sud de la France. Il est à vendre pour 2,5 millions d’euros.

Vidéo de Bill Viola

Au Musée d’Orsay, a été inaugurée cette semaine une exposition consacrée à Vincent Van Gogh et l’interprétation de son travail par le poète et artiste Antonin Artaud. Sur le stand de Dickinson, de Londres et New York, est aussi présentée une toile de Van Gogh datée de ses débuts parisiens. Elle représente dans des tons pastel un sujet typiquement montmartrois : le moulin de la Galette. Le marchand ne tient pas à en donner le prix, mais certains professionnels estiment qu’elle pourrait se négocier autour de 30 millions de dollars.

Il y a quelques jours ouvrait au Grand Palais, à Paris, une rétrospective consacrée à l’artiste américain Bill Viola (né en 1951). Il est certainement l’artiste le plus reconnu dans sa discipline, l’art vidéo, mais sa production pour les particuliers reste restreinte. Sur le stand de la galerie de Séoul Kukje, une vidéo de 2002, « The Last Angel », une édition de 5 exemplaires présentée sur un grand écran plasma, est à vendre pour 380.000 dollars.

A la Tefaf, l’oeuvre qui devrait attirer par excellence les nouveaux acheteurs chinois, qui font rêver la planète entière du marché de l’art, est un plat de 40 centimètres de diamètre, exposé sur le stand des Britanniques Littleton et Hennessy. Il a été conçu pendant la dynastie Yuan (1279-1368) alors que sous l’empire dirigé par le Mongole Kubilai Khan était mis au point des techniques de fabrication sophistiquées de la porcelaine.

C’est à ce moment que le cobalt fut introduit dans le pays pour servir dans le fameux décor bleu. C’est un dragon bleu, symbole d’éternité qui orne ce plat, certainement commandé par l’empereur, et proposé pour près de 15 millions d’euros. Il existe seulement 13 pièces de ce genre et une seule autre est encore en mains privées, selon James Hennessy. L’ancien expert de chez Christie’s raconte que des amateurs d’Asie et des Etats-Unis font spécialement le déplacement pour voir la pièce. Aujourd’hui, certains parmi les plus riches des Chinois de Chine continentale cherchent à racheter les trésors impériaux dispersés à l’étranger afin d’être appréciés du pouvoir central et James Hennessy estime que dans le domaine des porcelaines impériales les prix ont été multipliés par 20 depuis les années 1990. Le plat à décor de dragon bleu appartenait à une collection privée canadienne.

Dans la spécialité des arts décoratifs français, on constate une légère relève avec l’arrivée remarquée d’un nouvel opérateur, Christophe de Quénetain, associé pour l’occasion à Marella Rossi. Ils exposent des objets d’exception et particulièrement décoratifs comme un coffre entièrement recouvert de tapisserie à décors bibliques, tissé de fils d’or et d’argent de la fin du XVIe siècle (250.000 euros).

Un Kazuo Shiraga à vendre plus de 1,5 million d’euros

L’une des tendances à la hausse les plus fortes dans le marché de l’art contemporain, également bien représenté à Maastricht, est celle consacrée au mouvement japonais d’après-guerre Gutaï (1954-1972). En France, c’est le critique d’art Michel Tapié qui a défendu ces artistes qui utilisaient peinture et performance pour développer une expression radicale, voire anarchiste post-explosion nucléaire.

L’an dernier, une exposition au Guggenheim a donné un sérieux coup de fouet à cette production longtemps marginalisée. Sur son stand, la galerie d’Axel Vervoordt présente plusieurs pièces des années 1960 d’un des leaders du groupe, Kazuo Shiraga (1924-2008) à vendre pour plus de 1,5 million d’euros. La galerie Bérès expose aussi un de ses tableaux, tout en matière et en mouvement, abstrait dans les tons de noir, daté de 1964, à vendre 1,4 million d’euros. Le prix d’une peinture du Greco…”

Link: http://patrimoine.lesechos.fr/patrimoine/art-collection/marche-art/0203356725589…

Apollo

Susan Moore, “TEFAF 2014, Previews TEFAF Highlights”, Apollo, March 2014, CLXXIX, n° 618, pp. 61-70:

“ABove Mirror, 18th century Venetian Carved and gilded wood, polychrome lacquer and mother of pearl, 166+119 cm Aveline & quénetain, £4000,000

Marella Rossi of the grand Parisian furniture dealership Aveline joins forces with Christophe de Quénetain for their joint TEFAF debut. Their stand designed by Pierre Yovanovitch, is resolutely modern, but at its hearth arte the decorative arts of the 18th century. This opulent mirror is richly ornamented with crisply carved foliage, flowers and scrolls, and delicate lacquerwork with mother of perl inlays and cabochons of faux lapis. It is rare for such a piece to survive completely intact given that this kind of ornate gilt pediment was often removed at the end of the 18th century when it was no longer fashionable. Similar examples are in the Museo Civico di Storia ed Arte in Trieste and the National Gallery, Prague.”

The Art Newspaper

Garreth Harris,  Anny Shaw, “A market boom, but only for some”, The Art Newspaper, 18th March 2014 :

“For the exhibitors at the 27th Tefaf Maastricht (14-23 March), a fair with its roots in Old Masters and antiques, the findings of Clare McAndrew’s annual report on the market as a whole—produced to coincide with the fair—were less encouraging than the headline figures suggest.

McAndrew finds that, as a whole, the fine art and antiques market is almost back to the boom levels of 2007. In 2013, sales totalled €47.4bn, up 8% on the previous year; in 2007, the total was €48bn. But, she finds, Modern and contemporary art accounted for 75% of the value of the fine art market (which does not include antiques) leaving many of Tefaf’s exhibitors in the minority.

There were some questions about how meaningful such aggregated data can be on the art market (see below), and McAndrew acknowledged: “The market is not one homogenous entity; some sectors are booming while others are lagging behind”.

The differences are stark, if not particularly surprising to art market observers. According to her data, the post-war and contemporary market is certainly in rude health (it grew by 11% last year), but the stratospheric prices achieved for around a dozen modern and contemporary artists are skewing the overall picture. McAndrew’s report says that the market’s 2013 gain was driven by a rise in value, not volume.

The market for Old Masters (a broad range, defined by McAndrew as artists born between 1275 and 1850 and also including Chinese artists from the same period) contracted by 7% in value in 2013,  the second year of negative growth, bringing sales to just over €1bn.

Nevertheless, dealers at Tefaf insist that the Old Master market is also holding up at the high end. “At the top of the market, nothing has really changed,” says the Zurich-based Old Masters dealer David Koetser, noting, however, the difference in price levels between a blue-chip Old Master and a post-war work. “You can get a Rubens for £3m to £4m, [but] you need to add a zero to that for a [Francis] Bacon,” he says. By the second day of the fair, the gallery had sold five out of 35 works by artists including Pieter Claesz and Otto Marseus van Schrieck.

Sales of Old Masters have been mainly to European and US buyers. Despite a charm offensive by Tefaf to establish links with China in recent years, including an unsuccessful attempt to open a fair in Beijing in 2014 in partnership with Sotheby’s, dealers at the fair say that Chinese collectors are largely absent. However, a Hong Kong media tycoon, who preferred to remain anonymous, bought two pieces at the Parisian gallery Didier Aaron & Cie: an 18th-century bust by Claude-François Attiret and a painting by Jean-Baptiste Regnault, around 1788 (prices were undisclosed). Bruno Desmarest, a director at the gallery, says that collectors from Hong Kong are more inclined to buy European Old Masters because of the “shared cultural heritage with Europe”.

Antiques dealers tell a similar story to their Old Master counterparts. Prices at the top of the antiques market “never really moved”, says Marella Rossi Mosseri, a director of Aveline gallery in Paris, which shares a stand with the French dealer Christophe de Quénetain. The picture is different lower down. “Now you can only sell the very best pieces. The middle market is struggling,” says De Quénetain.

McAndrew’s report reveals that some antiques dealers in the US are “struggling more” or “simply managing to maintain a stable level of sales”. She says that the market for antiques, together with decorative arts and collectibles, grew by “roughly 2%” in 2013. Surprisingly, given that 43% of dealers at Tefaf specialise in antiques (119 out of 274 galleries), McAndrew’s report glosses over this part of the market. However, the economist says she hopes to analyse the sector more closely next year, including providing a breakdown by genre, including furniture, decorations, couture, jewellery and textiles.

Many dealers were reluctant to confirm sales and prices from Tefaf because of complex VAT laws in Holland, which require dealers to pay 21% tax on deals completed at the fair. Nevertheless, the Munich- and London-based dealer Bernheimer-Colnaghi reported the sale of a small early 19th-century self-portrait by Paulin-Jean-Baptiste Guérin, with an asking price of €310,000, and a 17th-century Madonna and Child by Bernardo Strozzi, priced at €760,000.

Number crunching

There were some grumbles this year about the methodology of McAndrew’s report, which—unlike most other market analyses—includes data from art dealers (which is not public) as well as published auction house results.

The information from dealers—whom McAndrew estimates to account for around 53% of the global market—comes from an anonymous survey of around 5,500 dealers from the US, Europe, Asia, Africa and South America. This represents only a small fraction (less than 2%) of what she estimates as 295,000 art dealers worldwide in 2013.

The challenges of collating meaningful art market data are hardly new to the art market and McAndrew says: “It is a highly opaque market and dealers are very private, despite most of them realising that this sort of benchmarking is actually really useful to the market.” But, she says, “the 2% of dealers we survey would come close to representing half the value of the market.”

L’Eventail

“Art & Culturne. Foire: la Tefaf ouvre ses portes”, L’Eventail, March 2014:

La Gazette Drouot

Sylvain Alliod, “Bilan. Beau fixe sur la Tefaf”, La Gazette Drouot, n° 13, 4th April 2014, pp 260-263:

“Bien sûr, la foire attire les plus grands collectionneurs, comme la famille royale du Qatar, Ronald S. Lauder, Dimitri Mavrommatis ou encore David Martinez. Christophe de Quénetain (Paris) relève pour sa part : “On dit que les décorateurs ne viennent pas; j’ai pourtant vu Peter Marino et Brian J. Mc Carthy”. Invité sur le Showcase, il y a deux ans, ce jeune marchand était cette année en sélection officielle avec Marella Rossi (galerie Aveline, Paris), en proposant un programme aussi divers que serré, mis en scène par le décorateur Peirre Yovanovitch: “il y a un très bon esprit de la part des autres marchands, qui ont apprécié notre travail. Adrian Sasson nous a dit que c’était ainsi qu’il fallait présenter l’art ancien. Nous rencontrons beaucoup d’intérêt sur notre commode napolitaine, et la pendule à l’égyptienne intéresse pas moins de cinq musées. Quand au coffre indo-portugais, nous avons envoyé vingt dossiers.”

La Gazette Drouot

Stéphanie Pioda, “Evenement. La TEFAF reflet de l’excellence du marché”, La Gazette Drouot, n° 10, 14th March 2014, pp. 252-255 :

“La foire est en effet devenue un label de qualité -170 experts internationaux valident ou sanctionnent les peuvres proposées. Parmi les “élus”, citons (…) le duo créé pour l’occasion, Chritophe de Quénetain et Marella Rossi de la galerie parisienne Aveline. Ces derniers ont sohaité redynamiser l’image du mobilier et des objets d’art en confiant la scénographie de leur stand au décorateur Pierre UYovanovitch.”

Point de Vue

Anne Rogier, David Atlan, “Quelle soitée! Maastricht, opulente et incontournable”, Point de Vue, , n° 3429, 9th-15th April 2014, pp. 72-75:

“Christophe de Quénetain et Marella Rossi assis sur un canapé Giltwood (sic.) de 1735 devant une toile de Jean Dubuffet Faveur de la télévision dans la province picarde.”

Antiques Trade Gazette

Anna Brady, “TEFAF faces global competition but remains Europe’s number one”, Antiques Trade Gazette, 13th March 2014:

“The European Fine Art Fair in Maastricht is a golden cash cow for the hotels, bars and restaurants of this small, quirky Dutch city.
Private jets deposit the world’s fabulously wealthy uber collectors, to quaff champagne and obscure Dutch canapés while hopefully dropping a few mill, while the rest of us mere mortals arrive cattle class on the new Ryanair flights from London or via that long and tedious train route via Brussels.
Without eulogising too much, while some of the Modern and Contemporary art dealers question TEFAF’s supremacy – Art Basel is the altar at which they worship – for the rest of Europe and the USA’s traditional art trade, TEFAF is the zenith, its name synonymous with quality.
Started in 1975 as Pictura, with just 28 Old Master paintings and medieval sculpture dealers, it has expanded over the years to encompass furniture, jewellery, works on paper, tribal art, antiquities, illuminated manuscripts, design and Modern and Contemporary art. And the audience has grown accordingly – more than 70,000 visitors attended the 2013 event, up on 64,500 the year before.
This year the fair runs from March 15-24 in its customary venue, the vast Maastricht Exhibition and Congress Centre (MECC), and is a little larger than last, at 274 exhibitors compared to 2013’s 264. More so than any other continental fair, TEFAF is very much Brit-heavy – this year, 80 are UK-based, followed by a 40-strong home team and 39 from France, with 37 from America and 33 from Germany.
The waiting list may be long but, like all fairs, people do leave. It might be the world’s best, most revered art and antiques fairs but that doesn’t mean it works for everyone and, given the hefty expenses involved in coming here, the financial pressures are huge.
Maastricht Inch
Stand rents and transport costs aside, the obligatory entertaining of clients commonly results in the ‘Maastricht inch’ phenomenon, leaving exhibitors slimmer of wallet and heftier of girth as they return home.
The morning of the preview day, before guests are admitted and when pesky journalists pester exhibitors, even the alpha males of the European trade can be found pacing around their stand looking distinctly green around the gills. But maybe that is just the excesses of the previous night.
Departures allow for fresh blood and this year 17 newcomers have managed to take the step-up to a stand in the main body of the fair.
David Lévy, originally selected for this year’s TEFAF Showcase, has been upgraded to a permanent position in TEFAF Paper, while former Showcase exhibitor, Old Master dealer Fergus Hall, exhibits in Paintings.
Also new in Paintings are Paolo Antonacci Antichità  (Rome), Bijl-Van Urk (Netherlands), Carlo Orsi (Milan), Galerie Talabardon et Gautier (Paris) and Galerie Florence de Voldère (Paris).
The Antiques section welcomes Riccardo Bacarelli  (Florence), Galerie Aveline (Paris), Botticelli Antichita (Florence), Galerie Chevalier (Paris), Galerie Didier Claes (Brussels) and Christophe de Quénetain  (Paris), while three art dealers go to Modern – Paul Kasmin Gallery (New York), Merrin Gallery (New York) and Galerie von Vertes (Zürich) – and Galerie Cybele (Paris) to the Classical Antiquities section.
Showcase
Meanwhile, the selected 2014 TEFAF Showcase candidates, recently established galleries given a small stand on a one-year-only basis, are: Dr. Klaus Kleinschmidt (vintage photography, Germany); Galerie Mathivet (20th century decorative arts, Paris); Porfirius (kunstkhammer objects, Belgium); Rutherston & Bandini  (Japanese art, London); and Floris van Wanroij Fine Art (Dutch Old Masters and early European sculpture, Netherlands).
The TEFAF brand may be omnipotent in the West but it is not infallible nor easily transplantable and, due to some reluctance from key exhibitors, the plan for a proposed TEFAF Beijing fair, a collaboration with Sotheby’s Joint Venture in Beijing with GeHua, was put on hold in December as it was deemed “not viable at the current time”.
A blow to its supporters, and doubtless a topic of conversation around the aisles of Maastricht this year.”

Link: http://www.antiquestradegazette.com/news/2014/mar/13/tefaf-faces-global-competit…

Le Quotidien de l’Art

Alexandre Crochet, “TEFAF: Une année dynamique mais historique”, Le Quotidien de l’Art, 24th March 2014:

“Très satisfaite de sa première paricipation à la foire, Marella Rossi (Aveline, Paris), associée au marchand en chambre Christophe de Quénetain (Paris), confiait que son stand mis en scène par Pierre Yovanovitch avait attiré “de nombreux collectionneurs internationaux inconnus de la galerie.”

AltertuemLiches

“Gute umsätze audf der TEFAF Maastricht”, AltertuemLiches, 21st March 2014:

“Die TEFAF Maastricht, die weltweit renommierteste Kunst- und Antiquitätenmesse, öffnete am Freitag, den 14. März ihre Tore und hat bereits in allen Bereichen großes Interesse und gute Umsätze zu vermelden. Die diesjährige ‘Private View’ war die erfolgreichste in der Geschichte der Messe und lockte alleine über 10.000 private und institutionelle Sammler aus der ganzen Welt an, die sich darauf freuten, neue Schätze für ihre bestehenden Sammlungen zu finden.

Im Antiquitätenbereich, dem größten Bereich der Messe mit der größten Auswahl an Objekten, liefen die Verkäufe sehr gut an. Einige Beispiele: Das Metropolitan Museum New York erstand einen von Marx Weinold, Augsburg, um ca. 1690 geschaffenen, außergewöhnlichen teilvergoldeten Straußenkrug mit dazugehörigem Becken von J. Kugel Antiquaires, Paris (Stand 200), während sich Daniel Crouch Rare Books, London (Stand 703), über den Verkauf von zwei beeindruckenden Globen aus dem 17. Jahrhundert von Willem Blaue freute, die dank eines großzügigen, privaten Sammlers einen Platze im Rijksmuseum, Amsterdam, finden werden.

Galerie Kevorkian, Paris (Stand 244), vermeldete den Verkauf eines Amlash-Gusskeramikgefäßes mit polierter Oberfläche in der Form eines Hirsches aus der südwestlichen Kaspischen Region, das aus dem ersten Jahrtausend v. Chr. stammt, an einen Privatsammler für eine Summe, die sich im Bereich von 110.000 Euro bewegt und ein Porträt eines Safavid-Edelmanns des Scheich ‘Abbas’, das von zwei Museen heftig umkämpft war. Das seltene, mit Tinte, Gouache und Gold geschaffene Miniatur-Kunstwerk, das aus dem 17. Jahrhundert stammt, weist eine Mischung aus persischen und mogulischen Einflüssen auf. Asiatische Kunst hat seit vielen Jahren auf der TEFAF viele begeisterte Anhänger. Vanderven Oriental Art, ‘s-Hertogenbosch (Stand 101), vermeldete den erfreulichen Verkauf eines mit drei ineinander gewundenen Schlangen verzierten Trommelständers aus der Periode der Streitenden Reiche (475-221BC) bei der ‘Private View’ an einen europäischen Sammler: der Angebotspreis für das Kunstwerk lag bei 2,5 Millionen Euro.

Aronson Antiquairs, Amsterdam, weltweit anerkannte Experten für Delfter Porzellan des 17. und 18. Jahrhunderts, vermeldeten den Verkauf einer bedeutenden, aus sieben Teilen bestehenden, blau-weißen, pyramidenförmigen Delfter Blumenvase von ca. 1690, an die National Gallery of Victoria, dem ältesten öffentlichen Museum Australiens, zu einem hohen fünfstelligen Betrag.

Douwes Fine Art, Amsterdam (Stand 338), gaben den Verkauf von View of Lausanne, ca. 1870, von Matthijs Maris (1839-1917), an das Gemeentemuseum in Den Haag bekannt. Der Museumsdirektor, Benno Tempel, lehnte es ab, den Kaufpreis zu verraten, stellte jedoch fest: ‚Niemand wusste, wo sich das Gemälde befand und ich entdeckte es hier auf der TEFAF.’ Das Kunstwerk befand sich vorher über achtzig Jahre lang in derselben europäischen Sammlung. Im Bereich für Malerei freute sich die Weiss Gallery, London (350), über einige Verkäufe, wozu auch eines ihrer Highlights gehörte: ein signiertes Ölgemälde auf Holz von Lucas Cranach dem Jüngeren (1515-1586) mit dem Titel Lucretia, von ca. 1537-1540, das zum Preis von 2 Millionen Euro angeboten wurde. Ein wunderschönes kleinformatiges Gemälde von Jean-Baptiste-Camille Corot (1796-1875) mit dem Titel Ruins of the Claudian Aqueduct, Rome, das um ca. 1826-1827 gemalt und von Daxer & Marschall, München (337), angeboten wurde, verkaufte sich ebenfalls am ersten Tag.

Eine life-time Gussbronze von 1950 mit dem Titel Piccolo Cavallo von dem italienischen Bildhauer Mario Marini (1901-1980) wurde von Landau Fine Art, Montreal (Stand 416), verkauft. Galleri K, Oslo (Stand 713), Experten für moderne Fotografie, freuten sich über den Verkauf eines ihrer Highlights – ein großes Fries aus dem Museo del Prado, Madrid, das 2005 von Thomas Struth geschaffen wurde und aus fünf verschiedenen Fotografien besteht, die jeweils 140 x 175cm groß sind.

Dieses Jahr war Design das Thema des TEFAF-Kunstsymposiums. ‚Addicted to Vintage: Trends in 20th Century Design’ fand am Morgen des Eröffnungstages der Messe statt. Eines der Highlights des Designbereichs, ein Stuhl, der von Carlo Bugatti für ‘Le Arti Decorative Internazionale del Nuovo Secolo’ 1902 in Turin gefertigt wurde, aus massivem Eichenholz besteht und vollständig mit vergoldetem und bemaltem Pergament überzogen ist, stand für 350.000 Euro zum Verkauf und wurde von der Galerie Ulrich Fiedler, Berlin (Stand 601), an ein deutsches Museum verkauft.

Die TEFAF am MECC Maastricht ist noch bis zum 23. März 2014 geöffnet.

Kunst, weit mehr als ein Vermögenswert

Die TEFAF teilt mit ihrem Haupt-Sponsor, AXA Art, die Ansicht, dass Kunst weit mehr bedeutet als reine Vermögenswerte. Ihre Partnerschaft bietet Kunstsammlern eine einzigartige Expertise, die das gesamte Spektrum der Risikovermeidung, Konservierung und Restauration abdeckt und es ihnen ermöglicht, ihre Sammlungen im bestmöglichen Zustand zu halten.”Link: http://www.altertuemliches.at/termine/presse/gute-umsaetze-auf-der-tefaf-maastri…

Connaissance des Arts

Axelle Corty, “Le ticket gagnant de la TEFAF”, Connaissance des arts, March 2015, n° 735, pp. 110-112 :

“Marella Rossi, le XVIIIe en verve

Fille de Jean-Marie Rossi, qui veille avec elle sur la galerie Aveline, Marella Rossi s’adapte à un marché en révolution. “Fini le temps, où les grands marchands de XVIIIe étaient incontournables. Aujourd’hui, si on ne propose rien de neuf, personne ne pousse la porte des galeries.” Elle ouvre la sienne, rue du Faubourg-Saint-Honoré, à l’art contemporain. L’hiver dernier, ses oeuvres dialoguaient avec les Pistoletto de la galerie Continua. A Maastricht, elle partage son stand avec l’antiquaire et expert Christophe de Quénetain. Le duo présente, entre autres, un miroir allemand du grand laqueur Dagly et une commode de Saunier.”

Le Figaro Magazine

Laurence Mouillefarine, “La France de mieux en mieux traitée à Maastricht”, Le Figaro Magazine, 27th February 2015, pp. 92-93:

“(…) La belle Marella Rossi marche allègrement dans les pas de son papa, grand, très grand antiquaire (1,90 m). Pour sa seconde participation à la Tefaf, elle partage à nouveau son stand avec Christophe de Quénetain, professionnel enthousiaste qui exerce “en chambre” – non, rien de coquin. Les objets et meubles qu’ils ont réunis se caractérisent par leur matière: écaille, ivoire, pierre dure, scagliola… “Pour séduire des amateurs peu sensibles au mobilier des Lumières, il ne faut pas reconstituer un décor d’époque, souligne Christophe, mais les surprendre par des modèles singuliers. Ainis l’année dernière, avons-nous vendu une commode en laque à un collectionneur qui guettait des tableaux de Twombly.

Car c’est ça, Maastricht! six mille ans d’histoire de l’art sous un même toit. On y sent une fièvre acheteuse. Les conservateurs des plus prestigieux musées et les amateurs les plus fortunés de la planète sont là. Ils débarquent en jet privé. Avoir crée un évènement au fond des Pays-Bas capable de les attirer est un exploit. Comme le résume un exposant spirituel : “Dès lors qu’ils font l’effort de venir jusqu’ici, ils ne veulent pas repartir les mains vides!”

Le Journal des Arts

Marie Potard, Le Journal des Arts, mars 2015, n° 430.

Le Point

Julie Malaure, “Maastricht, le pont des arts”, Le Point, 26th February 2015, n° 2216, pp. 114-115.

La Tribune de l’Art

Bénédicte Bonnet Saint-Georges, “Un coffret brodé du XVIe siècle acquis par Ecouen”, La Tribune de l’Art, Thursday 29th January 2015 :

“29/01/15 – Acquisition – Ecouen, Musée de la Renaissance – « De Pharaon, la fille en s’esbattant / Voit adhérant les joncs une nacelle : / Dedans laquelle était un bel enfant / Qui l’adoptant le fit nourrir pour elle. »1 Le Château d’Ecouen expose un nouvel objet d’art dans la chambre de Madeleine de Savoie, acheté à la galerie Christophe de Quénetain avec l’aide du Fonds du Patrimoine : un coffret brodé de la fin du XVIe siècle, dans un état de conservation remarquable.  Les cinq faces sont ornées de broderies au petit point illustrant des épisodes de la vie de Moïse tirés du Livre de L’Exode. Elles ont été réalisées d’après les gravures sur bois que Bernard Salomon (vers 1508-1551) conçut notamment pour les Quadrins Historiques de la Bible, ouvrage dans lequel chaque vignette est accompagnée d’un quatrain de Claude Paradin, qui fut publié en 1553 par l’éditeur lyonnais Jean de Tournes. Celui-ci utilisa les compositions de Salomon dans plusieurs livres.  Sur le couvercle du coffret est représentée un scène plutôt rare : le prêtre Jethro donne à Moïse la main de sa fille Sephora. Ce choix suggère que l’objet fut probablement réalisé à l’occasion d’un mariage. Sur les côtés, deux scènes détaillent la naissance de Moïse, les deux autres racontent son entrée dans l’âge adulte. On voit tout d’abord des hommes qui exécutent l’ordre de Pharaon (ou bien se lamentent) : noyer tous les nouveaux-nés mâles du peuple Hébreu (ill. 2). La scène suivante, beaucoup plus répandue, montre Moïse sauvé des eaux par la fille du Pharaon (ill. 3). Une fois adulte, Moïse fut le témoin des travaux pénibles imposés aux Hébreux. Il vit un Égyptien qui frappait l’un d’entre eux, alors il le tua et le cacha dans le sable (ill. 4). Le lendemain, ils rencontra deux Hébreux qui se querellaient. « Il dit à celui qui avait tort : Pourquoi frappes-tu ton prochain ? Et cet homme répondit : Qui t’a établi chef et juge sur nous ? Penses-tu me tuer, comme tu as tué l’Égyptien ? Moïse eut peur, et dit : Certainement la chose est connue »2. Alors il s’enfuit.

Les broderies sont fidèles aux gravures, bien qu’elles resserrent la composition sur les personnages, elles ont gardé ces vastes paysages rythmés de villes aux architectures monumentales. On reconnaît le trait de Salomon, ses silhouettes effilées et dynamiques3, presque dégingandées, aux gestes éloquents. Salomon fut actif à Lyon à partir de 1540 comme peintre, dessinateur et graveur ; il eut une influence certaine sur ses contemporains comme Pierre Eskrich qui fut graveur et brodeur, une influence que l’on retrouve jusque dans les travaux d’émail d’autres artistes.

Ce coffret, de dimensions relativement réduites porte sur le liseré du couvercle les armes d’une famille, identifiée à celle de François Goulard (cela reste à confirmer), nommé en 1567 gentilhomme ordinaire de la chambre du duc d’Anjou, futur Henri III. Il servait à contenir des papiers, des objets précieux, ou des objets de toilette (miroir, peigne…) ce qui explique qu’on le désigne également comme une « cassette de nuit ». Le Musée du Louvre conserve un coffret du XVIIe siècle recouvert d’une broderie de laine de soie, d’or et d’argent au chiffre de Marie de Médicis qui n’est pas ornée de scènes narratives, mais de feuillages finement décrits.

Notes  1. Claude Paradin, Quadrins Historiques de la Bible, 1553.  2. Exode, II, 13-14.  3. Lire Estelle Leutrat, Les débuts de la gravure sur cuivre en France : Lyon 1520-1565.”

The Antiques Trade Gazette 30 January 2015

Anna Brady, “TEFAF stage talks in London to promote fair”, The Antiques Trade Gazette, 30 January 2015:

“A series of three events aimed at collectors and art enthusiasts in the run up to TEFAF Maastricht (March 13-22) launches next week in London to promote the fair.  #TEFAFTalks 2015 is chaired by editor of Apollo magazine Thomas Marks and the first of the breakfast talks is on Wednesday, February 4, at The Wallace Collection, titled ‘All the World’s a Stage’, a conversation with Christoph Vogtherr, director of The Wallace Collection and Tom Postma, architect and designer of TEFAF Maastricht, on the importance of architecture, design and lighting for the display of artworks and objects.  ‘Conservation – controversial or conscientious?’ is the second conversation on February 19, also at The Wallace Collection, with Alexandra Gent, paintings conservator at The Wallace Collection, and Christophe de Quénetain, TEFAF Antiques exhibitor and historian, on restoration and conservation.  On both days, coffee, tea and pastries will be served from 8am, and the talk will start at 8.45am and finish at approximately 9.15am, followed by an opportunity to see the newly restored Great Gallery before the collection opens to the public at 10am.  The final talk on March 4 at The Arts Club, Dover Street, looks at the meaning of connoisseurship in today’s investment driven art market with a discussion between Brian Allen, chairman of the Hazlitt Group, and a well known collector, to be confirmed.  #TEFAF Talks are free but must be booked in advance, please email annie@cawdelldouglas.com to book your space. See www.tefaf.com or @TEFAF for more information.     Antiques Trade Gazette is the weekly bible of the fine art and antiques industry. Read articles like this every week in the Antiques Trade Gazette or ATG app. Click here to subscribe today. Written by  Anna Brady  19   Tags  TEFAF Maastricht”

A series of three events aimed at collectors and art enthusiasts in the run up to TEFAF Maastricht (March 13-22) launches next week in London to promote the fair.

#TEFAFTalks 2015 is chaired by editor of Apollo magazine Thomas Marks and the first of the breakfast talks is on Wednesday, February 4, at The Wallace Collection, titled ‘All the World’s a Stage’, a conversation with Christoph Vogtherr, director of The Wallace Collection and Tom Postma, architect and designer of TEFAF Maastricht, on the importance of architecture, design and lighting for the display of artworks and objects.

‘Conservation – controversial or conscientious?’ is the second conversation on February 19, also at The Wallace Collection, with Alexandra Gent, paintings conservator at The Wallace Collection, and Christophe de Quénetain, TEFAF Antiques exhibitor and historian, on restoration and conservation.

On both days, coffee, tea and pastries will be served from 8am, and the talk will start at 8.45am and finish at approximately 9.15am, followed by an opportunity to see the newly restored Great Gallery before the collection opens to the public at 10am.

The final talk on March 4 at The Arts Club, Dover Street, looks at the meaning of connoisseurship in today’s investment driven art market with a discussion between Brian Allen, chairman of the Hazlitt Group, and a well known collector, to be confirmed.

#TEFAF Talks are free but must be booked in advance, please email annie@cawdelldouglas.com to book your space. See www.tefaf.com or @TEFAF for more information.

Point de Vue

J.C.L., “L’agenda du VIP du mois de mars”, Point de Vue, 3rd March 2015, n° 3476, p. 70-71 :

“Maastricht

Du 12 au 22 mars

S’il vous faut faire une seule et unique foire d’art dans l’année, c’est bien la TEFAF (qui se tiendra à Maastricht du 13 au 22 mars). C’est l’une des foires les plus élitistes du monde. Un savant mélange d’antiquités et d’art contemporain. La TEFAF est, indéniablement, la foire incontournable pour les plus grands collectionneurs mais la ville de Maastricht reste le drame de tous les VIP, tant la structure hôtelière est désastreuse! Certains vont même jusqu’à faire des allers-retours à Bruxelles pour dormir dans une chambre confortable. Le mieux est bien entendu d’y aller en jet pour la journée.

Le dress-code Face à tant de merveilles, vous aurez sûrement la tête dans les étoiles! Alors, optez pour la première collection de bijoux mécanniques clestes du très courtisé Elie Top.

La faune les antiaures, Didier Aaron, les Jonckheere, les Kugel, Philippe Perrin, Patrice Trigano et surtout les collectionneurs Maryvonne Pinault, Micheline Maus, la famille Miller…

Ce qu’il faut dire Que vous avez adoré la commode Louis XV ayant appartenu aux Rothschild sur le stand de la galerie Aveline, l’incroyable tapisserie des Atelers Pasquier Grenier, datant de 1470, représentant une scène de la vie paysanne lors ds vendanges. Une mise en scène, à ne pas manquer, magnifié par le talentueux décorateur Pierre Yovanovitch.

La to-do-list Achetez du XVIIIe s’il est de grande qualité car il revient à la mode! Même l’architecte ultra-contemporain Peter Marino s’y met. Alors, faites comme lui, et mélangez-le à vos collections d’art contemporain!”

The Wall Street Journal

Judy Fayard, “Life & Style. Damien Hirst’s New Butterflies, Tefaf, Arthur Miller’s Centenary and More. The things you need to know about this week. THE LIST // Past Perfect”, The Wall Street Journal, 23rd January 2015:

“It’s too soon to be absolutely sure what art and antique treasures will appear at Tefaf in Maastricht, since the annual fair’s stringent vetting is done only the week before opening, but among the probabilities are: A magnificent 17th-century still life by Willem Kalf from the collection of the Earls of Warwick; a Gustav Klimt drawing of a woman in a fur coat; an 11th/10th-century B.C. Chinese bronze vessel; and a Louis XV commode owned by generations of Rothschilds; a Joshua Reynolds painting of a disciple of St. Paul (circa 1772), listed as missing since 1905. Mar. 13-22; tefaf.com”Link: http://www.wsj.com/articles/damien-hirsts-new-butterflies-tefaf-arthur-millers-c…

La Tribune de l’Art

Bénédicte Bonnet Saint-Georges, “Un coffret brodé du XVIe siècle acquis par Ecouen”, La Tribune de l’Art, Thursday 29th January 2015 :

“29/01/15 – Acquisition – Ecouen, Musée de la Renaissance – « De Pharaon, la fille en s’esbattant / Voit adhérant les joncs une nacelle : / Dedans laquelle était un bel enfant / Qui l’adoptant le fit nourrir pour elle. »1 Le Château d’Ecouen expose un nouvel objet d’art dans la chambre de Madeleine de Savoie, acheté à la galerie Christophe de Quénetain avec l’aide du Fonds du Patrimoine : un coffret brodé de la fin du XVIe siècle, dans un état de conservation remarquable.  Les cinq faces sont ornées de broderies au petit point illustrant des épisodes de la vie de Moïse tirés du Livre de L’Exode. Elles ont été réalisées d’après les gravures sur bois que Bernard Salomon (vers 1508-1551) conçut notamment pour les Quadrins Historiques de la Bible, ouvrage dans lequel chaque vignette est accompagnée d’un quatrain de Claude Paradin, qui fut publié en 1553 par l’éditeur lyonnais Jean de Tournes. Celui-ci utilisa les compositions de Salomon dans plusieurs livres.  Sur le couvercle du coffret est représentée un scène plutôt rare : le prêtre Jethro donne à Moïse la main de sa fille Sephora. Ce choix suggère que l’objet fut probablement réalisé à l’occasion d’un mariage. Sur les côtés, deux scènes détaillent la naissance de Moïse, les deux autres racontent son entrée dans l’âge adulte. On voit tout d’abord des hommes qui exécutent l’ordre de Pharaon (ou bien se lamentent) : noyer tous les nouveaux-nés mâles du peuple Hébreu (ill. 2). La scène suivante, beaucoup plus répandue, montre Moïse sauvé des eaux par la fille du Pharaon (ill. 3). Une fois adulte, Moïse fut le témoin des travaux pénibles imposés aux Hébreux. Il vit un Égyptien qui frappait l’un d’entre eux, alors il le tua et le cacha dans le sable (ill. 4). Le lendemain, ils rencontra deux Hébreux qui se querellaient. « Il dit à celui qui avait tort : Pourquoi frappes-tu ton prochain ? Et cet homme répondit : Qui t’a établi chef et juge sur nous ? Penses-tu me tuer, comme tu as tué l’Égyptien ? Moïse eut peur, et dit : Certainement la chose est connue »2. Alors il s’enfuit.

Les broderies sont fidèles aux gravures, bien qu’elles resserrent la composition sur les personnages, elles ont gardé ces vastes paysages rythmés de villes aux architectures monumentales. On reconnaît le trait de Salomon, ses silhouettes effilées et dynamiques3, presque dégingandées, aux gestes éloquents. Salomon fut actif à Lyon à partir de 1540 comme peintre, dessinateur et graveur ; il eut une influence certaine sur ses contemporains comme Pierre Eskrich qui fut graveur et brodeur, une influence que l’on retrouve jusque dans les travaux d’émail d’autres artistes.

Ce coffret, de dimensions relativement réduites porte sur le liseré du couvercle les armes d’une famille, identifiée à celle de François Goulard (cela reste à confirmer), nommé en 1567 gentilhomme ordinaire de la chambre du duc d’Anjou, futur Henri III. Il servait à contenir des papiers, des objets précieux, ou des objets de toilette (miroir, peigne…) ce qui explique qu’on le désigne également comme une « cassette de nuit ». Le Musée du Louvre conserve un coffret du XVIIe siècle recouvert d’une broderie de laine de soie, d’or et d’argent au chiffre de Marie de Médicis qui n’est pas ornée de scènes narratives, mais de feuillages finement décrits.

Notes  1. Claude Paradin, Quadrins Historiques de la Bible, 1553.  2. Exode, II, 13-14.  3. Lire Estelle Leutrat, Les débuts de la gravure sur cuivre en France : Lyon 1520-1565.”

L’Eventail

“Art & Culturne. Foire: la Tefaf ouvre ses portes”, L’Eventail, March 2014:

L’Eventail

Eric Jansen, “Agenda, La Vie Parisienne”, L’Eventail, p. 48-49 :

“Jeudi 8 septembre

Après avoir twisté la galerie de son père avec des expositions de Pistoletto et de Pascale Marthine Tayou, Marella Rossi-Mosseri renoue avec l’adn de la maison, en présentant une très belle sélec- tion de pièces de porcelaine “impériale et royale”, à l’occasion de la Biennale des Antiquaires qui se tient au Grand Palais, tout près. Un off en quelque sorte que l’on rejoint à pied, afin de découvrir des chefs-d’œuvre produits à la Manufacture nationale de Sèvres, entre le Premier Empire et le règne du roi Louis-Philippe. Un très bel ouvrage sur Napoléon Ier et Sèvres complète cette visite de qualité muséale.

Galerie Aveline • 94 rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris 8e Tél. 00 33 1 42 66 60 29 • www.aveline.com

AD 2016

Laurence Mouillefarine, “Notre shopping à la Tefaf”, AD, Architectural Digest. Architecture, Décoration, Arts, Design, February-MArch 2016, n° 134 :

“BUREAU DE PENTE fabriqué par l’ébéniste allemand Johann August Nahl vers 1750 1760 plaque de nacre etfeuilles dargent Et quel pedigree ‘ ll aurait ete réalise pour Wilhelm VIII landgrave de Messe Kassel pour son château de Wilhemstahl dont Nahl assura la decoration avant d’appartenir aux Rothschild (Aveline et Christophe de Quénetain).”